Ces petits moments...

Coucou les Nekos,

Moment nostalgie ce soir, parfois changer de registre peut être sympa et surtout thérapeutique. Il faut bien que mon blog me serve à quelque chose, autre que vous donner mon "précieux" avis sur des choses tangibles. 

Aujourd'hui, je repense à "ces petits moments". Ça fait un petit moment que je suis célibataire. On se calme, ce n'est pas une tragédie, disons qu'il faudrait que quelqu'un soit terriblement awesome pour me tirer de là. Mais la nostalgie revient et me fait basculer dans ma petite bulle de souvenirs. Sans tomber dans le vulgaire Pathos, j'espère que vous apprécierez ces petits moments de réflexions (qui ne sont pas forcément destinés à la même personne, j'ai quand même vu du monde, hého :) ).

On connaît tous le refrain. Lorsqu'on n'a plus ces petits moments, on les regrette ou plutôt ils nous manquent. Parfois, on se met à y penser avec le sourire qui s'étire tout seul sur notre visage, d'autres avec la larme à l'oeil (et que tu veux pas pleurer, parce que ton mascara n'est pas waterproof #Superficialité ).


Je me souviens de ces petits moments où:

Lorsqu'on allait faire les courses, tu râlais tout le temps, pendant que moi ça restait quand même un plaisir, quelque soit l'heure ou la météo, parce que ça me faisait une activité à deux (l'originalité quand même, autant joindre le romantisme à l'utile)

Que je te regardais dormir les premières fois où on dormait ensemble parce que je voulais graver ce que je voyais et surtout je ne voulais pas faire un bruit pour que tu puisses dormir tranquillement (Allo, le stress?). Le sourire béat et la fierté de me réveiller à tes côtés et que même plus tard, je le faisais encore. 

Quand tu pratiquais une chanson, prenant ta guitare à l'envers et tu fredonnais tranquillement tout en bidouillant certains accords pour que "ça sonne mieux" et tu voulais que je chante avec toi (J'avais honte de ma voix...). 

Les fois où on allait s'essayer au tango argentin sur les places publiques à Lyon et que je n'avais aucune idée de quoi faire avec mes jambes. On avait des crises de fous rires si l'un de nous deux marchait sur le pied de l'autre. 

Quand tu faisais des jeux de mots très pourris et que j'arrivais à en faire des meilleurs, tu attendais que je te dise "Ok Approved by Mel" mais tu riais de bon coeur quand je disais n'importe quoi (Je suis encore fière de l'histoire des petits beurres et du micro-lattice).

Le commentaire que tu m'as sorti en disant que tu me trouvais mignonne et sexy quand je me concentrais à faire des sudokus, parce que "smart is sexy". 

Les soirs où tu rentrais tard et la première chose que tu me disais "Tu m'as manqué" suivi d'un bisou tout doux et si j'étais chanceuse (et toi pas trop crevé), j'avais droit à un récit épique de ta journée et j'essayais de te faire rire avec toutes les broutilles qui m'arrivaient au taf.

Mon regard de tueuse quand tu osais approcher ta fourchette de ma bouffe sans me demander. Parfois on se battait avec les baguettes pour prendre le dernier sushi ou dumpling (oui, autre chose, ce serait un peu moins pratique).

Quand tu m'as appris à calculer des matrices en utilisant mes doigts pour cacher les lignes. J'étais tellement une quiche en maths et j'étais à deux doigts de fondre en larmes par peur d'échouer mon exam (mais je gérais les travaux de recherches en politique parce que la Terminale Littéraire, tu apprends l'art d'écrire pour ne rien dire). Tu me poussais toujours à aller au bout de mes idées, de mes rêves parce que tu croyais en moi.

La façon la plus ridicule de me calmer quand j'étais fâchée, petit sourire avec "Tu es jolie même quand tu es en colère". Ça a marché les premières fois, puis je m'en allais bouder dans mon coin. 

Je posais ma tête sur ton épaule avec un regard de chat battu, attendant que tu me prennes dans tes bras pour "recharger mes batteries". Dès que tu t'y attelais, je ne pouvais m'empêcher d'esquisser un sourire, la tête enfouie contre toi, parce que c'était un pur moment de félicité.

Merci pour ces petits moments.

Le cinéma, la littérature nous font miroiter des moments grandioses de romantisme (oui, tous les Noëls, je regarde Love Actually), des preuves/actes d'amour à en couper le souffle mais en réalité, l'amour se compose de petits moments.

 Ce qu'il faut retenir, c'est la beauté des émotions qu'on a ressenti, ces petits moments qui ont apporté de la douceur dans notre quotidien.  Et surtout l'espoir qu'on va continuer à en créer avec de nouvelles personnes, que la vie est dure mais elle vaut la peine rien que pour ces petits moments.

Je vous souhaite plein de petits moments!

Ciao!
Les Hugs c'est bon la santé et gratuit! Profitez!

CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentez avec respect- svp.
Please comment with respect

Back
to top